Compréhension du psoriasis = fin du psoriasis

Les traitements du psoriasis

Modérateurs : jessyjess, vimocambor

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Compréhension du psoriasis = fin du psoriasis

Message par pierrodelalune » lun. avr. 21, 2014 8:25 pm

En parcourant le web/ce forum, et en lisant les expériences de chacun je reconnais la même dissection du problème que j’ai effectué depuis quelques années, prendre des évènements isolé des constats, puis les rassemblés, essayé de trouver des similitudes, agir dans le sens ou contre certaines idées, se contrôler, se priver, tout analysé, un véritable casse tête qui nourrit fondamentalement notre besoin d’agir sur le problème.
On observe des faits isolés aussi au lieu de comprendre l’ensemble.

Petite citation de Rudolf Steiner qui illustre bien ces propos : On regarde une aiguille aimantée et on découvre que cette aiguille dirige toujours une de ses extrémités vers le nord, l'autre vers le sud. On se demande pourquoi il en est ainsi et on cherche la raison non dans l'aiguille aimantée, mais dans le Terre entière en attribuant à celle-ci d'un côté un pôle magnétique nord, de l'autre un pôle magnétique sud. Si quelqu'un cherchait dans l'aiguille aimantée elle-même la raison pour laquelle elle s'oriente d'une manière si curieuse, il dirait des sottises. Car on ne peut comprendre la position de l'aiguille aimantée que si l'on sait dans quelle relation elle se trouve avec la Terre entière.

En préambule de ce qui va suivre, adhérer ou non aux idées n’a aucune importance, c’est voir si ceci à vraiment lieu en vous qui en a. Ne vous laissez pas conter ce texte à la manière d’un roman, remettez en question, doutez ! Arrêtez de vous appuyer sur quelqu’un sur des ‘spécialistes’, prenez la compréhension du problème en main !

Le pso se déclenche face à un moment d’extrême solitude, tous nos fondements/ fondations/ croyances sur ce que nous croyons être sont soudains balayé, notre MOI n’a plus de sens, nous ne sommes personne, nous n’avons plus d’accroche.
Hors Lorsque nous entendons une vérité et n’agissons pas en conséquence, elle devient un poison pour nous, et ce poison se répand, propageant des troubles psychologiques, des déséquilibres et des maladies.
Il est donc basé sur la peur de la solitude ; ce vide douloureux et terrifiant qui ne peu être apaisé.
Nous le fuyons, le problème est la fuite.
L’évasion devient de la plus haute importance, et elle prend une valeur de plus en plus grande. La dépendance devient plus forte, la fuite plus nécessaire, selon le degré de la peur de ce qui est.



En réaction à cette souffrance inconnu, c’est crée le problème du pso, pour ne plus faire face à la souffrance.
Pour que chaque instant de non activité (socialement parlant) soit dédié à la résolution de se problème qui nous colle à la peau. ☺
Vous avez peur de ce vide de cette solitude et vous cachez cette peur sous la dépendance. Aussi la maladie dur t’elle, elle dure tant que vous fuyez.
Si vous fuyez sans voir ce qui est vous ne pourrez évidemment pas la comprendre, aussi faut’il commencer par cesser de courir, de s’échapper et alors seulement vous pourrez vous observez tel que vous êtes .Mais vous ne pouvez pas observez ce qui est si vous la critiquez sans cesse, si vous l’aimez ou la détestez


Tout cette énergie utilisé pour se soigner nourri le pso, lui donne plus d’importance, plus d’existence. Se forcer à l’accepter est tout aussi inutile, le désir d’arrêter, ou de ne plus être désireux reste attaché au système même du désir. Seul l’attention dans l’instant est nécessaire à la compréhension du problème.
Le fait de séparer le pso de sois même est aussi facteur de tension, le pso fait parti de nous et nous sommes le pso, il n’existe véritablement aucune division, c’est nous qui la créons par la pensée.

De plus toutes les croyances et les idées accumulées, alourdissent le fardeau que l’on porte.

Les mots n’ont d’importance, le lâcher prise n’est pas un concept moderne mais il découle de la compréhension de soi, sans volonté ni but.
Il n’y a en fait rien a faire pour se libérer de cela, ce qui est le plus important c’est de comprendre. La compréhension sera libératrice.

De ce fait parlé de guérison est inutile, il n’y a nul guérison a espérer, car la guérison devient une conséquence de la compréhension.

Le texte suivant est issus du livre commentaire sur la vie de Jiddu Krishnamurti ; il traite de la distraction et est intimement lié avec ce qui a été dit précédemment, et sera peu être plus facilement assimilable:

Code : Tout sélectionner

http://vill.aix.free.fr/Jk/Commentaires%20sur%20la%20vie/Commentaires_sur_la_vie_-_tome_1/1956-00-00_Commentaires_sur_la_vie_-_tome_i_chapitre_82_'la_distraction'.htm
Modifié en dernier par pierrodelalune le jeu. juil. 31, 2014 6:39 pm, modifié 5 fois.

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Message par pierrodelalune » lun. avr. 21, 2014 8:32 pm

Topo sur les méthodes :
Elles ont souvent un effet placebo temporaire, rémission car nous espérons au travers de méthode, en se soumettant à la domination d’autrui (idée imposé par un autres), en se disciplinant, en se laissant subjuguer par un individu, un groupe ou une idéologie Cette soumission à l'autorité peut aider temporairement à camoufler les difficultés et les problèmes de façon à ne plus les voir. Mais dans ce processus la liberté l’intelligence et la connaissance de soi sont abandonnées.
Dans la discipline n'intervient nulle compréhension du processus de la souffrance

L’importance de l’alimentation:
L’alimentation fait elle aussi partie des méthodes, et illustre bien certaines période de rémissions. Nous nous octroyons un peu de répis en ce réfugiant dans des croyances, les bénéfice du sans sucre, sans gluten, sans fruits etc…
Attention je ne cautionne absolument pas la consommation de sucre raffiné ou gluten et autres produits nocifs, au contraire !
Le corps et l’esprit restent intimement liés, nous pouvons les séparer à titre explicatif, mais réellement il ne font qu’un ; ainsi l’alimentation saine reste tout a fait nécessaire au bien être, au bon fonctionnement global de notre organisme et donc à notre sensibilité et à notre intelligence.

DanslaCasa
phasme
phasme
Messages : 15
Enregistré le : jeu. mars 13, 2014 12:15 am

Message par DanslaCasa » mar. avr. 22, 2014 8:18 pm

C'est beau, ce que tu dis là... mais le sentier vers la guérison parait impossible..

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Message par pierrodelalune » mer. avr. 23, 2014 9:03 am

Pense tu pouvoir emprunter le sentier de la guérison en ayant l'idée que c'est impossible? sur quoi est basé ton évaluation ?

L'effort sera forcément plus important que celui d'avaler une pilule de soriatane :) , mais regardez toute cette énergie perdu au quotidien, à se questionner, chercher des solutions, se cacher, avoir honte, si vraiment le problème est crucial pour vous, et il doit l'être pour comprendre, et non si il reste un jouet avec lequel on passe son temps sans jamais l'abandonner, vous ferez l'effort de vous comprendre.

DanslaCasa
phasme
phasme
Messages : 15
Enregistré le : jeu. mars 13, 2014 12:15 am

Message par DanslaCasa » jeu. avr. 24, 2014 1:23 am

merci pour ses sages paroles, et non je garde espoir !

JokX
phasme
phasme
Messages : 72
Enregistré le : dim. août 07, 2011 7:34 pm
Localisation : Midi-Pyrénées

Message par JokX » jeu. avr. 24, 2014 9:23 pm

Salut Pierro,

Très intéressante ton explication ; et le texte de Krishnamurti aussi. Je ne connaissais pas du tout ce penseur. Cela donne à réfléchir. Pour le moins !

Portez vous bien.
jok

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Message par pierrodelalune » ven. avr. 25, 2014 10:32 am

:) Content de t'avoir fait découvrir.

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Message par pierrodelalune » mar. mai 27, 2014 11:41 am

Me donner en exemple n'était pas une bonne idée, j"ai donc décider de supprimer les photos. Expérimentez / questionnez vous.
Modifié en dernier par pierrodelalune le jeu. juil. 31, 2014 6:41 pm, modifié 2 fois.

Avatar du membre
lam
fourmi
fourmi
Messages : 113
Enregistré le : dim. mars 16, 2014 11:42 am
Localisation : Salses-le-Château

pierrodelalune

Message par lam » jeu. mai 29, 2014 8:50 am

Bonjour,
En regardant votre dos, êtes vous sûr que vous aviez du psoriasis ?
Votre dermato l'a constaté ?
Quant à moi, au début les dermatos m'ont dit champignons, puis psoriasis etc...
Il me fallait des années, des traitements contre toutes hypothèses pour finalement revenir au psoriasis.

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Message par pierrodelalune » jeu. mai 29, 2014 9:34 am

oui oui c'est certain, psoriasis en gouttes depuis quelques années, j'ai du consulter une dizaine de dermato différent, j'étais atteint a + de 80%...
il me semble avoir fait un bain au sel de mer quelques jours avant la photo, c'est pour ca que les plaques sont légèrement différentes.

Jec
phasme
phasme
Messages : 12
Enregistré le : lun. juil. 21, 2014 1:04 pm
Localisation : Suisse

Message par Jec » dim. juil. 27, 2014 9:13 pm

Bonsoir pierridelalune,

J'ai lu avec intention les messages de ce sujet et également La Distraction de Jiddu Krishnamurti . Il me semble en avoir saisi les grandes lignes mais j'avoue être un peu perdu...

Je peux tout à fait imaginer le compagnon que devient le psoriasis. On s'en occupe, on s'en distrait. J'étais par exemple dimanche passé en train de me perdre sur internet, naviguant un peu au hasard. Jusqu'à me dire presque "tiens, quelles sont les nouveautés concernant le psoriasis". Genre je tape "psoriasis 2014" dans le champs de recherche. Je pense ne pas être le seul à chercher des informations sur internet à ce sujet mais là j'ai eu un sentiment particulier, comme si je cherchais, par exemple, si un groupe de musique que j'écoutais donne encore des concerts, comme si un bloggeur que je suis à de nouveaux postes. Bref, un sentiment particulier, un peu en détachement par rapport à ce que me fais vivre réellement le psoriasis. Là j’ai ressenti clairement le sentiment d’un élément « distrayant » malgré tout ce qu’il peut affecter ma vie au quotidien. Sur le plan social, sentimental, etc… de tout ce qu’il m’isole, la confiance en soit,etc…

Je fais un travail sur moi actuellement. Non seulement pour faire partir ce psoriasis mais pour mon équilibre global. Et avec comme idée qu’une fois cet équilibre global trouvé, le psoriasis partira tout seul. Ou pas… Donc oui, ce psoriasis j’en ai fait est un problème, je cherche des solutions, parfois en avançant ensemble, parfois jusqu’à me battre contre lui. Je reste assez persuadé que c’est un moyen que mon corps exprime une partie enfouie. Sensible à certaines situations (même en regardant la télévision…), effectivement j’ai effectivement identifié ces moments à une sorte de solitude. Perte de parents proches, séparation, etc… (ou même l’inverse, des retrouvailles) là je sais que j’ai un fonctionnement particulier. Du coup je cherche dans cette ligne. Mais j’avoue ne pas avoir de solution pour clairement identifier mon problème ou une combinaison d’événements qui ont été traumatisants…

Comment avez-vous effectué vous ce chemin ?
Ou en êtes-vous par rapport au psoriasis ?

Je reste convaincu que mon psoriasis est d’ordre psychologique mais parfois j’arrive à en douter… comme si c’était un moyen de me convainque que je vais pouvoir m’en séparer et gagner de la légèreté…

pierrodelalune
phasme
phasme
Messages : 18
Enregistré le : ven. janv. 10, 2014 1:08 am

Message par pierrodelalune » jeu. juil. 31, 2014 6:37 pm

Un compagnon c'est bien ça oui, on s'en occupe, avec parfois toute notre énergie, la lutte et la préoccupation donnant de l'ampleur et de la vie au problème...

Vous dites ''Et avec comme idée qu’une fois cet équilibre global trouvé, le psoriasis partira tout seul.'' encore une fois vous installez un idéal, une croyance. Des règles pour ''agir sur''.
Cet équilibre est nécessaire pour l'homme psoriasis ou pas.

La recherche dans le passé et la combinaison d'événement, je l'ai suffisamment expérimenté aussi avec les années, tout retourner dans tout les sens, un casse tête épuisant. Nous avons tous cette habitude de vouloir résoudre les problèmes par l'analyse, mais est-ce possible ici? En cherchant dans le passé la pensée crée des liens, on s'embrouille on peut trouver des rapports avec tout et n'importe quoi, l'esprit s'émousse et on en est pas plus avancé vous ne trouvez pas ?

Concernant mon "chemin", je vous répond en MP.
Concernant mon pso, rien n'est acquis, je reste attentif à ne pas m'en préoccuper, je n'en dirais pas plus.

Une petite citation trouvé il y à quelques jours : (toujours par K.)

"Cette préoccupation du corps fait obstacle à l’adaptation au présent, et au bénéfice de la vitalité et du mouvement, si limité soit-il.
Le moi, avec ses préoccupations, suscite ses propres douleurs et problèmes, qui ont une conséquence sur le corps. Et l’inquiétude devant les maux physiques renforce les problèmes du corps. Cela ne veut pas dire qu’il faut négliger sa santé. Mais se préoccuperde la santé, comme se préoccuper de la liberté, ou des idées ne fait que retrancher davantage l’esprit dans sa propre étroitesse."

jessyjess
fourmi
fourmi
Messages : 471
Enregistré le : jeu. janv. 23, 2014 1:18 pm
Localisation : montpellier

Message par jessyjess » ven. août 01, 2014 9:06 am

Je sais pas si je comprends....

Mais en gros sa rejoint mon idée je crois....

Ma vision des choses :

Plus je m'occupe du pso plus il prend de l'ampleur dans ma tête.

Donc maintenant je vie comme si il était pas ma je m'autorise tout ce que je m'était ''interdit''.

J'ai décide de penser a la vie, si il veut rester il a l'intérêt a s'accrocher car sa va swinguer!

Avant j'utilisais par rapport au pso , maintenant j'achète se qui me donne envie, je porte des jupes et des short au début c'est pas facile mes jambes en ont pas mal mais après sa va en faite c'est les première fois qui sont difficile après on y prend gout

Et puis comme j'ai les déjà dit quelque par dans le fofo , c'est comme c'est personne rousse qui ont des grain de beauté partout c'est dans la routine maintenant et je trouve sa jolie donc le pso c'est pareil pour moi. Nous n'a von pas tous la peau de la même couleur donc je vois sa comme sa.

Se qui te tue pas rend plus fort

Jec
phasme
phasme
Messages : 12
Enregistré le : lun. juil. 21, 2014 1:04 pm
Localisation : Suisse

Message par Jec » mar. août 12, 2014 11:44 am

C'est certain, l'équilibre est nécessaire. J'ai commencé ce travail sur moi suite à différents éléments de ma vie qui m'ont clairement déboussolé mais le psoriasis n'était pas la cause de cette décision. Après, effectivement, j'ai lié ceci à cela... en "me disant" qu'il était un signe éventuel de mes perturbations. Et oui, avec ce type de pensée, on a tendance à créer des attentes...

Alors concernant le passé, c'est totalement ça. Chercher dans tous les sens, séparation de mes parents, père copain et non père, décès de mon grand-père alors que je n'était que bébé juste né (donc à un moment ou l'on est très proche de sa mère), abandon "fictif", etc... et j'avoue que je suis perdu. Ou effectivement, que d'essayer de soulever la moindre pierre pour y voir ce qui y est caché prend une énergie folle. Et vraiment sans y trouver une explication "concrète" ou si il y a un traumatisme évident, l'identifier. On crée effectivement un tissus de lien qui n'est peut être plus réel, uniquement une image ou suite d'explication que nous voulons bien admettre...

Par rapport à la préoccupation du corps, c'est mon quotidien. Mon corps ne me plaît pas, c'est certain. Et mon psoriasis est également un élément qui participe à ce rejet. J'avoue que de voir des personnes libres avec leur corps, sans peur avérée de le montrer, crée chez moi un sentiment particulier. Comme si la vie semblait plus légère, que je ne peux accéder à ce sentiment de liberté. Mais je suis très loin de oser... Ca me relie au jugement des autres je pense. Une barrière que je dois dépasser mais ça me semble complètement impossible. Ce corps que je ne n'arrive pas à soigner. Donc "l'oublier" serait un moyen de le dépasser ? Ou ne pas y créer un lien trop fort pour l'accepter ?

jessyjess
fourmi
fourmi
Messages : 471
Enregistré le : jeu. janv. 23, 2014 1:18 pm
Localisation : montpellier

Message par jessyjess » mar. août 12, 2014 4:01 pm

C'est complique , mais est ce que le fait de ce '' cacher'' ce n'est pas aussi ce ''voiler'' la face?

Les autres ne le vois pas, nous non plus sous un pantalon ou manche longue!

Du coup, on fait semblant avec les autres mais aussi avec nous même!
On a qu'une vie, et j'ai peur de passer a cote a cause du psoriasis.

En faite ''oser'' être soi avec c'est difficile au début c'est un peu comme l'arrêt de la cigarette au début tu as peur tu sais pas pourquoi puis après tu regrette de pas l'avoir fait avant!

Oui on me regarde.....oui de fois on s'éloigne de moi..... oui j etends des choses...... mais oui je les emm******* lol

Il faut pas leur en vouloir, ils ne savent pas.

J'aimerais tellement qu'on en parle plus pour que les gens en sache plus.

Pour sa seul nous les psoriasiques nous devons vivre comme mer et mad tout le monde parce que oui c'est en osant que sa va rentrer dans la routines.

Les gens sont curieux, je suis curieuse, le fait de m'habiller comme je le ferais sans pso attise la curiosité du coup j'apprend au autres ce qu'est le pso et après certain me disent '' tes courageuse, etc.....'' je leur reponds que non , juste je m'arete pas a sa.

Je sais que c'est facile a dire mais plus dur a faire pourtant une libération pour moi.

Hier j'ai passe la journée a la plage en maillot des pièces , une amie ma dit '' en faite c'est toi qui a raison ta tout compris a la vie, alors que moi j'essai de cacher mes 3 kilos en trop''

Voilà j'aimerais qu'un jour tout le monde ose pour que le regard de autres change.

A force de le voir il le regarderonsn plus c'est comme tout!

Répondre